F6CYT vend

Christian f6cyt@free.fr

Alimentation de labo DC Electronics, DC-1730 (0 à 30V, jusqu’à 3A) 40€

Balun PKW 1/1 (donné pour 1 KW) 20€




ARISS et ARALA dans Ouest-France

Ce 17 février 2021, l’ARALA a eu droit, avec le projet ARISS entre Nantes et l’ISS, à deux articles dans ce Ouest-France dans les pages des Pays de la Loire dont un sur 4 colonnes. L’ARALA a eu un gros moment de pub dans un média d’un grande importance.

Lire l’article en cliquand ce lien:

http://arala.r-e-f.org/wp-content/uploads/2021/02/Ouest-France_2021fevrier17.pdf




AG ARALA 2021 et appel à cotisation

Bonjour à tous,

La crise sanitaire sans précédent a marqué l’année 2020 avec des conséquences, économiques, sociales et sur le plan santé notamment. Elles ont durement frappé de nombreux OM. Nos activités associatives ont été sérieusement impactées par les deux périodes de confinement puis par les contraintes sanitaires strictes restreignant de fait les possibilités de se réunir.

Malgré cette situation, votre association a continué à vivre et le conseil d’administration a régulièrement fait le point sur son fonctionnement.

Si ce début d’année 2021 ne nous permet pas encore de redémarrer nos activités dans les conditions habituelles, nous espérons revenir le plus tôt possible à de meilleures perspectives.
Nous avions pensé que notre assemblée générale, qui prend date traditionnellement en mars, pourrait se tenir début juin. Nous serons probablement obligés de la repousser à une date ultérieure, peut-être à l’automne. En effet, nous souhaitons conserver la convivialité qui la caractérise et l’organiser comme à l’habitude plutôt qu’en ligne. Vous en serez prévenu suffisamment à l’avance pour réserver votre journée.

Comme vous étiez nombreux à profiter de cette AG pour régler votre cotisation, nous vous proposons de le faire directement dans les mains de notre trésorier, soit par chèque adressé à son domicile dont l’adresse figure ci-après, soit par virement, plus rapide, plus pratique et plus économique sur le compte de l’ARALA dont l’IBAN est :

FR76 1470 6000 3385 6533 5200 048

Voici l’adresse du trésorier :

François GANACHE F1ZV
23 L’EFFETERIE
44680 St MARS de COUTAIS

N’oubliez pas, dans les 2 cas de préciser votre indicatif et l’indication  « cotisation 2021 »
Nous vous rappelons que le montant de la cotisation est de 25 euros.

Bien évidemment, nous tenons à remercier tous ceux qui nous ont déjà montré leur fidélité et leur confiance en nous adressant leur cotisation et, bien sûr, tous ceux qui le feront suite à ce message.

A très bientôt.
73
pour le CA, le président,
François – F6DAA »




Notions sur le protocole de communication USB

Je donne ici quelques indications non exhaustives sur le protocole de communication des prises USB. Le but est de permettre de déboguer des scripts de tous langages quand on veut communiquer avec des périphériques. Cela permet d’aller « à la pêche » d’infos qui peuvent être utiles.

On va voir comment les périphériques et l’ordinateur ou contrôleur comme un arduino, communiquent.



Les octets qui sont véhiculés sur ces ports de communication ne le sont pas en série asynchrones comme par exemple sur le RS232 bien connu des anciens OMs, mais en NRZI (Non Remize à Zéro Inversé). En gros cela signifie qu’un bit dans un octet à 0 ne provoque pas de changement d’état par rapport au bit précédent, tandis qu’un bit à 1 provoque un changement d’état, mais le tout avec le « inversé » est d’obtenir une diminution de la bande passe du signal transmis (donc de grande importance en communication VHF), et de synchronisation des horloges réception et réception.

Les signaux électriques sont transmis sur deux fils plus la masse et en niveaux TTL , donc 5V, qui sont symétriques, ce qui veut dire que quand D- est à 0, D+ est à 1 et inversement. Ainsi on obtient une meilleure insensibilité aux parasites électriques par rapport au RS232 qui lui utilise un seul fil pour la réception et un autre fil pour l’émission. En RS232, si on a deux fils (TX et RX), pour chaque sens on reste en deux fils (donnée + masse) alors qu’en symétrique, on a deux fils (D-, D+, GND) ce qui permet cette meilleurs insibilisation en symétrique.

La fiabilité de l’USB2 repose sur l’apport de la diminution de la bande passante du au codage NRZI, et des fils symétriques de donnée. La longueur de cable USB peut être très longue, ce qui limite est la perte de niveaux des signaux due au cable. On peut aller en théorie jusqu’à une vingtaine de mètres. Si on met des HUBS intermédiaires pour regonfler le signal, on peut aller beaucoup plus loin. Cela peut jouer sur la vitesse en bauds de communication. Un cable court permet naturellement une vitesse en bauds la plus élevée. Avec un disque dur USB par exemple, cela peut avoir ne grande importance.

Une ligne USB, c’est à dire le signal qui circule sur les fils D- et D+ est bidirectionnelle, alors qu’en asynchrone classique RS232, ce n’est pas le cas.

Un bus avec des adresses:

Comme sur une prise USB on peut avoir plusieurs périphériques, pour les identifier les uns par rapport aux autres, on leur attribue une adresse sur 7 bits, soit 8 bits avec la parité. On a donc 128 adresses possibles.

Tout le monde sur le bus USB utilise la techniques des jetons qui circulent sur tous les périphériques, tous le monde peut recevoir des jetons qui ne leur sont pas destinés. Un jetons comprend une trame d’octets, dont le premier est l’octet d’adresse. L’arduino ou l’ordinateur envoi le jeton vers le premier périphérique, celui-ci le reçoit, voit si son adresse est dans ce jeton. Si c’est le cas, il utilise les données du jeton. Si l’adresse du jeton n’est pas la sienne, il le transmet au périphérique suivant et ainsi de suite.

Normalement, le bus USB prévoyait que chacun des périphériques avait deux prises, une sur le périphérique qui le précède, et l’autre vers le périphérique suivant. On pouvait ainsi chaîner les périphériques les uns derrières les autres. Mais de fait, les périphériques n’ont qu’une prise, on utilise alors un « Hub » USB bien connu de tout le monde. Il a deux fonctions: permettre le branchement de plusieurs périphériques sur une même prise USb, et apporter une alimentation 5V conséquente pour tous les périphériques qui peuvent être branchés sur lui. La valeur max théorique sur un bus USB est de 0,5A, ce qui est loin d’être respecté. D’où l’intérêt d’un hub USB.

Repérer un péripĥérique dans le répertoire /dev sous linux:

Sous linux, la commande lsusb permet d’obtenir des informations sur ce qui est connecté sur l’ordinateur en USB.

Avec les droits root, # lsusb donne par exemple:

Bus 002 Device 002: ID 18a5:0411 Verbatim, Ltd
Bus 002 Device 001: ID 1d6b:0003 Linux Foundation 3.0 root hub
Bus 001 Device 002: ID 2109:3431 VIA Labs, Inc. Hub
Bus 001 Device 001: ID 1d6b:0002 Linux Foundation 2.0 root hub

On voit ici plusieurs colonnes: la colonne « Bus », « Device », « ID » et des mots compréhensibles. Ces derniers apportent une information immédiate et claire sur le périphérique concerné. La colonne « ID comporte 4 octets (codés en octal), puis le caractère « : » et enfin un autre octet.

Le premier octet est un codage conventionnel standard sur le fabriquant, et le deuxième octet se rapporte au modèle du produit chez ce fabriquant.

Le nombre après « Bus » est une première adresse en rapport avec la prise USB. Le nombre après « Device » est une adresse attribuée au périphérique branché sur cette prise par le système linux.

Interprétation de ces informations:

Si on va dans /dev/bus/usb/001, on voit la présence d’un fichier: 002 il est en rapport avec la chaîne « VIA Labs, Inc. Hub ».

Souvenez vous que sous linux « tout est fichier », même un périphérique. Cela signifie que la manière de traiter un fichier classique et un périphérique est la même: on lit ou on écrit. On peut comprendre que la routine de lecture et écriture des fichiers est la plus utilisée par le système linux. Mais se greffe à ce traitement la routine dite « pilote » qui permet de gérer tout cela.

Pour revenir à notre exemple: le Bus 001 est: /dev/bus/usb/001, donc un répertoire, le Device 002 est /dev/bus/usb/001/002 soit un fichier.

Avec la commande sous root: # cat /dev/bus/usb/001/002 on peut voire les données issues du périphérique en question.

Exemple: Acquisition récepteur GPS

En utilisant la commande sous root lsusb, j’obtien entre autres la ligne ci-dessous:

Bus 004 Device 016: ID 10c4:ea60 Cygnal Integrated Products, Inc. CP2102/CP2109 UART Bridge Controller [CP210x family]

Je l’ai déterminée en lançant # lsusb avec et sans le récepteur GPS branché. On lit ainsi que le récepteur est détecté sur le BUS 004, le device 016. Ce qui fait qu’on le trouve dans le fichier périphérique: /dev/bus/usb/004/016.

La commande # dmesg nous indique aussi qu’un périphérique associé est créé en /dev/USB0.

Si on installe la commande # minicom qui est un terminal tty virtuel, sur le modem /dev/ttyUSB0 et à une vitesse 9600 bauds et 8 bits sans parité, on voit défiler les données NMEA. Mais si on met comme modem /dev/bus/usb/004/016, on botient la même chose.

Voilà, on est au terme de cet article technique linux. Avec les raspberry on peut d’amuser à découvrir l’intérieur d’un OS linux plus en profondeur




Cablage d’une prise USB 2

Il y a deux types de prises USB2: le type A et le type B. Le premier est la prise plate donc le dessin ci-dessous:



Le type B est le dessin ci-dessous:

Schémas de cablage des prises:

Les numéros correspondent aux mêmes fils:

  • En 1 le +5V;
  • En 2 le fil D-;
  • En 3 le fil D+;
  • En 4 la masse soit le -5V.

Il peut nous arriver d’avoir à récupérer des signaux sur une prise USB pour des montages personnels. Ces signaux sont de types Série, mais pas RS232 ou série asynchrones, mais de type TTL série NRZI (Non retour à Zéro Inversé).

Rappel sur le protocole USB:

Le protocole série NRZI n’est pas comparable au codage série asynchrône tel qu’on le connaît en RS232 bien connu des OMs. Le principe de base est qu’un bit à zéro ne provoque pas de changement d’état, tandis qu’un bit à un provoque un changement détat entre les fils D- et D+. Le sens de communication est bidirectionnel et on peut chaîner les périphériques les uns derrières les autres, c’est à dire qu’un périphérique peut comporter deux prises USB. Dans ce cas, un hub USB n’est pas nécessaire. Mais cela est très rarement le cas.

Les fils D- et D+ sont symétriques c’est à dire qu’ils sont inversés l’un par rapport à l’autre. En théorie, un seul fil pourrait suffire pour véhiculers les signaux, mais l’avantage d’un communication symétrique est une nette amélioration à la sensibilité des parasites électriques. Ainsi des niveaux TTL symétriques assurent une excellente fiabilité de communication.

Comme plusieurs périphériques sont présents sur un même bus, chacun des périphériques présents ont une adresse qui va de 0 à 127. Mais ces adresses sont provisoires et arbitrairement attribuées par le contrôleur de protocole situé sur l’ordinateur par exemple ou l’arduino. Le principe d’initialisation est qu’une adresse à zéro est émise lors du branchement d’un périphérique pour indiquer que tout le monde doit écouter pour recevoir son adresse qui lui est attribuée. On voit que si l’on branche ou débranche un périphérique, cela peut provoquer une réattribution d’adresse à tout le monde. Tant qu’on ne touche pas à ce qui ets branché, les adresse ne bougent pas, mais lors des reboot et nouveaux branchements, cela change.

Le courant qu’on peut tirer sur le 5V est de 0,5A, valeur absolue à ne pas dépasser sous peine de bloquer toute communication sur l’USB.




Présentation des modes vocaux numériques par F5ORE

Diaporama de présentation des modes numériques vocaux diffusé sur skype internet le 5 novembre 2020 par Alain F5ORE




[Covid19] réunions mensuelles de Doulon arrêtées

Les responsables de la Maison de Quartier de Doulon viennent de nous signifier qu’en raison du confinement, nos réunions mensuelles ne peuvent plus avoir lieu.

En foi de quoi, comme pour le radioclub, nos activités se réduisent à nos seuls QSO.

Avec nos 73.




COVID19 Radioclub fermé

Dans le cadre des mesures annoncées par M. le Président de la République le 28 octobre soir, le CA de l’ARALA a pris la décision de fermer totalement l’accès au radioclub à ses adhérents et donc au public.

Nous vous prions de bien vouloir nous excuser de cette mesure prise dans l’intérêt de tous. Cette mesure est naturellement provisoire, et durera tant que vaudra le confinement.

La réouverture se fera par décision du CA dès que les circonstances le permettront.

Avec nos meilleures 73.

F6DAA le Président de l’ARALA




F6CRP vend

Mail: denis.f6crp@wanadoo.fr tél: 06 86 51 05 84

1 TR7 avec NB et filtres CW avec alimentation d’origine plus VFO externe RV7, le tout 410 €

1 TR7 avec filtres CW et alimentation d’origine: 380 €

1 Ligne 4C (R4C/T4XC avec filtre CW et alimentation + HP): 350 €

1 Ligne 4C (R4C/T4XC avec filtres CW et alimentattion + HP): 350 €

1 Récepteur R4C avec filtre CW 1,5 kHz, 500 Hz, 250 Hz: 150 €

1 Récepteur Drake SPR4 (alimentation secteur): 150 €

1 Récepteur Collins 51S1: 350 €

1 Elecraft K2 10 w avec module SSB: 400 €

1 ATLAS 210X: 280 €

1 FT101ZD (dernier modèle): 300 €

1 FT101ZD + filtre CW: 300 €

1 Récepteur Yaesu FR101 (affichage mécanique) déca +50+144 MHz AM/FM/SSB/CW+filtre CW: 140 €

1 Récepteur Yaesu FR101D (affichage digital) déca +50+144 Mhz AM/FM/SSB/CW +filtre CW: 150 €

1 Emetteur FL101 pas testé (depuis des années dans un coin): 100 € (éventuellement en cadeau pour quelqu’un qui prendrait un lot).

1 wattmètre Heathikit HM-2102: 20 €




F6FJH vend pour F6DIL passé SK

Ecrire à Pierre-André F6FJH: paf6fjh@gmail.com

Cliquer sur le lien ci-dessous pour visualiser cette annonce.

Le matériel est visible « Au Pallet » jusquau 27 octobre environ, passé ce délai, il sera proposé sur « Le Bon Coin » et le site http://ra.org

http://arala.r-e-f.org/wp-content/uploads/2020/10/MATERIEL_F6DIL_SK-1.pdf